Tout comme Rome ne s'est pas faite un jour, devenir locavores a été une démarche qui, après analyse, s'est réalisé en plusieurs actes, par palier. Je ne saurais pas forcément identifier l'élément déclencheur, il y en a eu plusieurs, des réflexions qui mises bout à bout ont amené à une conclusion qui aujourd'hui peut paraître logique.

Peut-être ce voyage en Crête, où les fruits m'ont paru tellement savoureux, sucrés, mûres tout simplement, ces séjours répétés en Andalousie où les tomates avaient un goût de tomate (le truc de dingue!), Crapaud 1 capable d'avaler des quantités de fruits et uniquement de bons fruits et si possible à la bonne saison, je me renvoie encore au rayon fruits et légumes d'une grande surface devant les fraises de février (!!!!!) lui disant: "non pas de fraise c'est pas la saison" et lui me répondre "mais la dame elle en prend", oui la dame, elle en prend mais elle a une excuse elle est enceinte...Pas facile à expliquer à un enfant de 3 ans (à l'époque)...

La première étape a été de décider de ne manger que des fruits et des légumes de saison, à l'époque nous habitions Paris où les étals regorgent de tout en toute saison, une citadine comme moi était bien incapable de savoir si c'était le bon moment pour tel fruit ou tel légume, et oui quand on a tout tout le temps comment savoir la saison des endives, des courgettes, des haricots verts...Le premier réflexe a été de vérifier la provenance des produits, on peut penser que quand les courgettes sont françaises, elles sont vendues la bonne saison, mais ça, ça ne vaut pas pour tout, et oui, on trouve des tomates toute l'année...

La deuxième étape: un reportage radiophonique providentiel a mis en avant le site Paysans.fr, le panier proposé garantissait une production bio et de saison, 4 repas complets pour un célibataire, un couple ou une famille, je vous laisse découvrir le concept.

La troisième étape est liée à notre retour en Province, certains préféreront dirent Région, je le reconnais faire le marché à Bayonne est un pur bonheur, les producteurs locaux sont là avec tout ce qui peut se cultiver, s'élever et se faire dans notre coin, ce sont toujours de belles rencontres et des discussions animées pour savoir qui a la meilleure recette pour accommoder ceci ou cela.

Tout est également une question d'habitude, au village d'à côté il y a un maraicher qui propose des légumes et des fruits de saison, cultivés sans pesticide ni engrais chimique alors on mange ses fraises, ses abricots, ses pêches, ses tomates, ses courgettes, ses carottes...tout a un goût incomparable!

Cela déclenche d'autres phénomènes, on attend...On attend quoi? Et bien nous attendons la période des fèves, des asperges, des tomates...et attendre les rend encore meilleures que dans notre souvenir, je peux même vus dire que cette année les asperges ont un mois d'avance...

Pour le fromage, c'est pareil, directement à la ferme, la viande chez notre boucher au village qui m'assure d'une provenance locale, le poisson au bateau à Bayonne ou auprès des pêcheurs de l'Adour.

Nous consommons le moins possible de produits transformés, notre production de "fait maison" a fortement augmenté ce qui nous permet de maîtriser nos ingrédients.

Faire nos courses dans différents endroits peut apparaître comme contraignant, ce n'est pas le cas, on peut tout regrouper en allant au marché et cela me permet de limiter mes courses en grande surface à une visite par mois.

L'étape ultime est notre potager, direct du producteur au consommateur!